Parlons bien, disons vrai.

Vers un avenir équivoque

L’art fait partie de la culture à Madagascar, il l’enrichit et la valorise. Ce sont surtout les artistes et les étrangers qui y sont intéressés. Les Malgaches sont rares à être captivés, ils trouvent que le coût est trop élevé, les produits importés les attirent davantage. Pourtant les artisans locaux sont ingénieux et créatifs, ils trouvent toujours mille et une façons d’améliorer les produits en utilisant différentes techniques et en usant de diverses matières comme le raphia, les feuilles d’arbre, les cornes, les bois et les cuirasses d’animaux…etc.…On ne cesse de découvrir de nouveaux articles, tel est le cas des œuvres de Baholy, confectionnéEs à partir des bandes magnétiques.

Recyclage des bandes magnétiques

C’est un jour de fête à Ambohijatovo que nous avons rencontré Baholy, une mère de famille vendant des chapeaux et des petits sacs. Des produits qui s’avèrent particuliers car ils sont fabriqués à partir de bandes magnétiques des vieilles cassettes.

JPEG - 38.3 ko
Mme Baholy

Baholy a commencé à utiliser cette matière depuis quatre ans déjà : « ma vraie passion, c’est le crochet mais un jour j’ai trouvé que les bandes des cassettes étaient également souples à tricoter, je l’ai essayé et ça a marché » nous explique-t-elle. Dans la famille, elles sont trois à exercer cette activité. Les cassettes sont fournies par des personnes qui les collectent, elles se vendent à 200 ou 400 ariary par pièce. Baholy vend ensuite un chapeau ou un sac environ à 1000 ariary. Par rapport aux autres articles d’artisanat Malagasy, ce prix est plutôt abordable. « Avant, j’ai pu en vendre jusqu’à huit par jour et maintenant ça s’est réduit à deux ou trois par jour » continue-t-elle. La dame ne vient travailler au marché que chaque dimanche, car ce métier est seulement une passion mais pas une activité de subsistance. Elle nous confie que « si j’avais consacré ma vie à cet art, je produirais quatre chapeaux, je serais au marché tout le temps ». Par ailleurs, il y avait une personne qui lui avait fait des commandes et les a exportées. C’était la seule fois où elle avait eu un coup d’espoir mais la personne est partie pour de bon à l’étranger.

Un chapeau fait avec des bandes magnétiques

Un chapeau fait avec des bandes magnétiques

Il est clair, ce n’est pas le talent qui manque aux Malgaches. En plus, Madagascar est un pays riche en matières, le problème c’est que l’exportation et l’exploitation abusives de ces ressources commencent à nuire aux artisans même si la pratique écologique est déjà discutée dans les médias. Quant à certains artisans, ils ignorent l’importance de leur œuvre et négligent la concurrence sur le marché. De leur côté, les consommateurs Malgaches ont des préjugés négatifs sur la qualité des produits locaux. Si cette situation persiste, bientôt l’art Malagasy aura un avenir sombre.

Randria M. (Stagiaire – Tribune Madagascar)

La Rédaction

102 Kara est un site libre. Il divulgue les infos que l'on nous fait parvenir . Nous nous efforçons de vérifier l'exactitude de ces divers informations avant de les mettre en ligne. Si vous avez des suggestions, veuillez nous les faire parvenir en cliquant ici. Nous vous remercions de votre fidélité.