Parlons bien, disons vrai.

Les catégorie d’êtres – Part II

Les Toxiques

L'être réfléchi : le rapport à soi

Nous avons qualifié ces personnes de toxiques mais nous aurions pu les appeler faussaires parce qu’elles se trompent elles mêmes. Elles ne s’aiment pas et font tout pour se faire croire l’inverse. Ces personnes se cachent leur être réel, cherchent à se persuader. Par conséquent le véritable retour sur soi de ces personnes est inexistant. Sauf si la nécessité arrive.

L'être social : le rapport aux autres

les buts poursuivis
Vis à vis des autres, l’objectif de ces personnes est très simple : tout posséder, objets comme humains. Le rapport aux autres se réduit à cette fin. Ils cherchent à s’imposer, à imposer leur système de valeurs, à montrer qu’ils sont là et qu’ils sont les meilleurs. D’ailleurs tout dans leur monde s’organise autour des rapports de compétitivité, de classement et de pouvoir. Les êtres sont forts ou faibles, bons ou mauvais, supérieurs ou inférieurs, dominants ou dominés. Dans cette optique l’autre est vécu au mieux de manière neutre, au pire comme un agresseur potentiel ou une brebis égarée. De cette recherche de pouvoir et de cette vue des autres découlent l’ensemble des rôles pris par ces personnes. Et en premier, le rôle de l’être extraordinaire.

Le séducteur démago

Les toxiques cherchent avant tout à emporter l’adhésion, à plaire en se présentant sous un jour favorable. Pour ce faire, ils pratiquent l’auto promotion. Faire sentir que l’on sait tout sur tout, que l’on peut tout sur tout, que l’on a vécu des choses extraordinaires, « en mettre plein la vue » ; rien n’est de trop pour parvenir à établir l’importance de sa personne. Dans une rencontre, ils monopolisent le temps de parole, attirent l’attention sur eux, parlent beaucoup d’eux. Bien sûr l’écart entre ce qui est dit et la réalité est béant. Les faussaires créent un fossé entre la valorisation auto prononcée ou provenant des parents et les compétences qu’elles ont réellement.

Malheureusement à force de répéter des salades, ces personnes finissent par se persuader. Ils sont rapidement convaincus d’avoir toujours raison, d’être les plus forts. Cette tendance à la mythomanie, à raconter des absurdités plus grosses qu’elles et à y croire, les enferme plus encore dans leur comportement initial.
Ce comportement consistait, rappelons-le, à s’imposer. Après s’être valorisé, le deuxième moyen d’y parvenir est de rabaisser les autres.

Le persécuteur

Le persécuteur cherche à montrer qu’il est le plus fort en faisant sentir à son interlocuteur son infériorité et son inaptitude. Les stratégies de dévalorisation employées sont subtiles mais tournent souvent autour de la critique de tout ce qui vient de l’autre et de la recherche des défauts. Ces personnes cherchent constamment les défauts de ceux qui les entourent, leurs erreurs, leurs imperfections. Elles passent leur temps à critiquer, à faire des reproches et des remontrances. Elles n’arrêtent pas de parler des choses qui ne vont pas.
Par ce comportement, elles savent qu’elles vont directement enlever de la valeur à autrui mais aussi qu’elles peuvent l’amener à culpabiliser.
Pour créer le sentiment de culpabilité, les faussaires sont amenés à émettre des jugements négatifs, en se plaçant aussi bien sur le terrain des valeurs, de la loi, que de l’affectif. A cette fin, elles peuvent éventuellement jouer le rôle de victimes d’un système ou de personnes qu’elles remettent par-là même en cause. Pour culpabiliser l’autre, elles peuvent également se mettre à bouder. En ce sens, ces personnes sont des voleurs d’humanité par leur tendance à altérer l’amour de soi de leurs victimes.

Le sauveteur

Parfois la persécution prend l’allure d’un secours. Le persécuteur devient sauveteur, il aide autrui, le conseil, lui offre des cadeaux. non pour le secourir mais pour renforcer sa dépendance. Le persécuteur est, dans ce registre, persuadé d’être indispensable, il se propose de venir au secours de tout le monde – mais apporte surtout son aide, fait des cadeaux pour pouvoir ultérieurement se plaindre du manque de reconnaissance des personnes qu’il a secourues -.

En dépit de tout le mal qu’elles peuvent faire, ces personnes sentent bien qu’elles ont besoin des autres, c’est pourquoi elles veulent sentir qu’on les aime.

Étouffement toxique

Étouffement toxique

L'être fragile

Ces personnes veulent sentir le regard positif des autres ce qui suppose de savoir ce qu’ils pensent d’elles. Pour ce faire, le séducteur passe par deux comportements. (1) Il observe l’effet qu’il produit sur les autres (2) Il se met en permanence sous pression : je dois plaire, avoir toujours raison, avoir de la répartie. Il fait des efforts permanents pour maintenir son rang et son image, ce qui montre que sous son apparence de dominant, le faussaire est le plus fragile des êtres. Il est très vulnérable à l’échec et au rejet.

Souvent, ces personnes connaissent des passages de « boursouflure du moi » et d’états quasi dépressifs. Les passages de boursouflure semblent être des tentatives visant à empêcher la dépression de s’installer. Il est pensable que les sentiments narcissiques témoignent d’un sentiment d’insécurité avoué ou non quant à sa propre valeur.
Au niveau du sentiment, les tentatives répétées pour « se sauver de ce mal-amour de soi », se traduit vis à vis des autres par des réactions de colère dès qu’ils émettent une remarque négative à l’encontre de leur personne où qu’elles rencontrent une situation d’échec. Le sentiment dominant est l’agressivité, la haine, mais aussi la peur de ne pas tout maîtriser.
Dans le même profil psychologique existent les intro et extravertis, le fonctionnement est le même mais les introvertis ne s’expriment pas ouvertement ou alors exceptionnellement, mais avec vigueur.

L'être biologique

Le rapport à l’action
Ces personnes peuvent être amenées à rechercher des situations favorables c’est à dire des situations où les chances de réussite sont importantes. Si toutefois elles se lancent dans une aventure risquée, elles prennent leurs précautions pour ne pas en sortir amoindrie en cas d’échec. En quoi consistent ces précautions. A ne jamais avoir à endosser la responsabilité d’un échec et à s’assurer les lauriers de la réussite.
Pour ces personnes, tout échec est imputable aux autres, à la malchance, à un complot contre lui. en fait à des causes extérieures à sa personne. En revanche, toute réussite leur revient de fait. Cette attitude demande de la préparation. Avant une situation « risquée », vous entendrez ces personnes dire à qui veut bien entendre : je n’ai pas préparé l’examen ou je ne me suis pas entraîné. sous-entendu, comme ça si je rate je ne remets pas en cause mes qualités mais seulement mon travail, et si je réussis c’est vraiment que je suis très fort. Cette attitude est renforcée par la valeur sociale des pays latins qui favorise la réussite par le don. A l’inverse, les pays anglo-saxons déclarent que le seul endroit où la réussite précède le travail, c’est dans le dictionnaire.
Le rapport aux sentiments
Haine, colère, agressivité, douleur mais aussi joies profondes, impression de contentement sont le lot quotidien des toxiques. Ils sont des êtres éminemment affectifs.

Origine et véritable psychologie
L’attitude de ces personnes provient d’un manque d’amour et de confiance en soi qu’elles essayent de palier par une attitude opposée. Au plus profond d’elles-mêmes, elles manquent totalement de confiance en elles. Afin de palier à cette absence d’assurance, elles tentent de se prouver à elles-mêmes et aux autres qu’elles sont très sûres d’elles. Crainte de l’échec, sentiments internes de rébellion et de trahison caractérisent ces personnes.

Ce qu’on peut leur dire ou faire avec eux
Ces personnes peuvent susciter le rejet tant elles paraissent imbus d’elles-mêmes, dédaigneuses des autres. On pense souvent que cette attitude provient d’une grande assurance en soi ajoutée à une méchanceté naturelle. Si vous croyez qu’il n’en est rien, vous pouvez essayer les phrases qui suivent.
 » Vous savez vous n’êtes pas obligés de me plaire. »
« On a le droit de ne pas avoir toujours raison et d’avoir de la valeur quand même ».
« Tu as le droit de reconnaître tes torts sans pour autant perdre la face. »
« Tu es organisé, perfectionniste, ordonné, méthodique, réfléchi, tu peux valoriser ces côtés positifs et devenir quelqu’un de très apprécié car tu inspireras confiance. »

A suivre…

La Rédaction

102 Kara est un site libre. Il divulgue les infos que l'on nous fait parvenir . Nous nous efforçons de vérifier l'exactitude de ces divers informations avant de les mettre en ligne. Si vous avez des suggestions, veuillez nous les faire parvenir en cliquant ici. Nous vous remercions de votre fidélité.