Parlons bien, disons vrai.

Les catégorie d’êtres – Part VI et Fin

1 Se connaître : Prendre conscience de ses capacités et limites. Pour mieux se connaître il est possible de faire un listing avec les contraires : j’aime/ j’aime pas, je connais/je connais pas, mes échecs/mes réussites, mes défauts/mes qualités.

2 S’accepter : assumer et changer. Quoi qu’on ait fait, quel que soit le déshonneur que l’on ait eu à subir, nous avons le droit de changer sans culpabilité, sans honte et sans remord. L’avenir nous pouvons le forger et ce d’autant plus que le seul fait de se connaître et d’admettre ce que l’on est, fait disparaître bien des tensions et s’ouvrir bien des horizons. Cela demande d’être honnête avec soi. Nous avons vu qu’il est parfois utile de se mentir pour protéger dans le court terme l’amour que l’on se porte. Nous avons rencontré de nombreux comportements – comme le déni – destinés à cette fin. Déni de ses émotions, de sa volonté de s’impliquer complètement dans un projet.

3 S’affirmer : exprimer ce qu’on pense, ce qu’on veut, ce qu’on ressent tout en respectant ce que l’autre pense. S’affirmer nécessite de se respecter suffisamment pour se donner des droits face aux autres personnes. Or se donner des droits, c’est prendre le risque de déranger ou de déplaire à son interlocuteur. Quand on ne peut s’affirmer on utilise d’autres comportements relationnels : l’inhibé qui subit, l’agressif qui privilégie ses besoins et points de vue, mais néglige ceux des autres jusqu’au conflit ou à la menace.

4 Être empathique : l’empathie est la capacité d’écouter et de ressentir le point de vue des autres, de chercher à le comprendre et à le respecter, même si l’on n’est pas totalement d’accord avec eux. « je comprends bien ce que tu veux dire, mais je ne pense pas forcément comme toi ». Ce comportement permet d’être proche et aimé des autres, de s’affirmer car on écoute plus volontiers nos points de vue si nous nous sommes montrés capable d’écouter.

5 S’appuyer sur le soutien social : soutien d’estime (tu es quelqu’un de bien), soutien affectif (on est à tes côtés, on t’aime), le soutien matériel et de compétences (on va t’aider). Pour que ce soutien soit efficace, il est souhaitable qu’il soit diversifié et activé assez souvent.

6 Agir : Pour changer il est indispensable d’agir. C’est par une modification concrète du comportement que tout commence. Il ne sert à rien de changer uniquement dans sa tête. Toute décision de changement doit se traduire par un geste dans la minute qui suit : prendre son téléphone, faire un courrier. Ce qui n’est pas fait n’existe pas !
La vie nous offre une foule d’objectifs même modestes, qui une fois atteints, nous permettent de ressentir une amélioration de l’amour que l’on se porte. Si passer à l’action dans un domaine modeste n’est pas un évitement, ça peut servir d’échauffement à nous mettre à un travail plus exigeant.

7 Penser positif : Penser positif c’est d’abord faire taire la critique que l’on se donne. Apaiser cette petite voix qui dit ça n’est pas assez bien – à quoi bon, ça ne marchera jamais, c’est nul, ça n’est pas suffisant -, limiter cette tendance à agir et à juger dans le même instant. En procédant ainsi, on n’arrive à rien. Il est important de nous demander si nos pensées sont :
en rapport avec la réalité (demander l’avis des autres)
utiles : M’aident-t-elles à me sentir mieux, à faire face à la situation actuelle et aux situations à venir ? Être positif, c’est aussi transformer les plaintes en objectifs : J’en ai marre deviens j’aimerais.

8 Accepter l’échec : Ce n’est pas l’échec qu’il faut accepter mais l’idée de l’échec. L’échec est un morceau de la victoire comme l’erreur est un morceau de la vérité. Quelques conseils pour y arriver :
ales choses sont toujours grises et jamais totalement noires ou blanches. Eliminez les oppositions simplistes, Les gens qui ont réussi ont le plus souvent commencés par échouer.

Tirer les enseignements : l’échec nous instruit sur nous, il n’est pas preuve d’incapacité.

Ces attitudes risquent d’être oubliées si elles ne sont pas relues, remises en mémoire chaque jour. Il ne s’agit pas de toutes les apprendre et de toutes vouloir les appliquer d’un bloc. Le processus de changement passe par des petites étapes réalistes, répétées, progressivement intégrées. Il suppose de toujours se renvoyer à ses propres responsabilités en reconnaissant ce qui ne va pas mais aussi et surtout en cultivant ce qui va bien, ce qui a déjà été fait ; en s’autorisant à être fier de soi, en se remerciant de chaque pas parcouru. L’important c’est de faire un pas encore un pas (Saint-Exupéry). Le chapitre qui suit va vous permettre de formuler clairement le chemin : votre projet de changement.

Un contrat pour changer

Qualiac-integre-solution-achats-Afnor-dans-son-ERP-FSi l’analyse est appréhendée comme un outil de changement et d’amélioration comportementale, elle amène l’intéressé à conclure un contrat, à définir par écrit un objectif qu’il s’est fixé. Le contrat correspond à la décision qu’une personne prend de réaliser tel but de telle ou telle manière.

Les étapes du contrat sont :
1 Quelle est ma situation actuelle ? Le bilan de notre situation actuelle, professionnelle, extra-professionnelle, ce que j’ai déjà fait, réussi. Il s’agit du constat de ce qui va et de ce qui ne va pas en fonction de nos lieux de vie (travail, famille.)

2 Qu’est ce que je veux changer ? La liste de ce que nous aimerions changer, pourquoi et comment.

3 Quels sont les obstacles qui m’empêchent ou risquent de m’empêcher de le faire (obstacles dus à mon environnement et dus à moi-même).

4 La mise en œuvre en suivant des méthodes, des petits trucs pour nous aider. Par exemple établir des priorités. « Aujourd’hui, je ne critique personne ».

5 L’établissement d’un délai de réalisation des objectifs avec un moyen de contrôle (dater les objectifs, savoir identifier les succès et les échecs)

Le contrat incite à se responsabiliser par rapport au but recherché. Il demande de parler en terme de réussite ou d’échec et, est à ce titre un grand mobilisateur d’énergie pour aller au bout des décisions. Et puis, il est un formidable moyen de connaissance de soi, sachant que le simple fait d’écrire, de formuler ce que l’on souhaite permet de clarifier ce que l’on est.

NB : De nombreuses personnes n’arrivent pas à réaliser des objectifs quantifiables, datés. Ainsi ces personnes ont-elles l’impression de voler d’échec en échec, de contrat raté en contrat raté. Jusqu’au jour où elles s’aperçoivent que les pas de fourmis entrepris à chaque tentative -les heures passées à ne pas critiquer par exemple-, ces moments entrepris puis arrêtés, ont laissé des empreintes dans leur corps. Au détour d’une lettre laissée des années plus tôt, ces personnes prennent conscience du chemin parcouru. Elles mettent en lumière ce qui lentement changeait en elles, et elles s’aperçoivent qu’en progressant dans le noir elles accédaient à la lumière. Tout ça parce qu’en dépit de ce qu’elles croyaient être des échecs, elles ont recommencé des petits « pas grand chose ».

L'attitude de l'entourage

Elle découle de ce qui précède. Nous avons dit que l’amour qu’une personne se porte passe par l’efficacité de ses actions et le regard que les autres portent sur elle. Dès lors, l’objectif de l’entourage est d’aller dans ce sens en permettant et même en suscitant l’action tout en rassurant.
Voici quelques phrases à dire, quelques attitudes qu’il est possible de prendre, face aux différents types de personnes, pour arriver à ces fins.

Rassurer
Tu n’as pas besoin d’attirer l’attention sur toi par des stratagèmes pour qu’on t’aime.

Écouter, encourager à exprimer des opinions sans juger. Instaurer un bon équilibre entre la sécurité (montrer à la personne qu’on l’aime) et les « valeurs » (il y a des règles à respecter).
Soutenir sans condition pour que la personne intègre qu’elle a une certaine valeur envers et contre tout. Attention, toutefois, à ne pas trop admirer.

Susciter l’action
Demander son avis et en tenir compte
Lui confier des tâches à faire, un peu d’argent à gérer quand il s’agit d’un enfant.

Tout ce qui précède demande un investissement personnel, une démarche individuelle s’appuyant sur l’aide des autres. L’objectif est de permettre à chacun de trouver la confiance et la détermination en soi. Si l’on se réfère à la notion de souffrance, le but de cette démarche n’est pas de l’éviter à tout prix mais de la rencontrer, de lui parler pour mieux la dépasser. Par rapport au plaisir, l’objectif est de passer de l’émotion de l’instant, au bonheur du vivant.

 

Remerciements à Volodalen pour tous cette magnifique thèse sur notre être. R E S P E C T !

La Rédaction

102 Kara est un site libre. Il divulgue les infos que l'on nous fait parvenir . Nous nous efforçons de vérifier l'exactitude de ces divers informations avant de les mettre en ligne. Si vous avez des suggestions, veuillez nous les faire parvenir en cliquant ici. Nous vous remercions de votre fidélité.